top
logo


L'affaire Paul Tiberi - Les faits PDF Imprimer Envoyer

ESCROQUERIE A « L’UNIONE CORSA »


L’AFFAIRE Paul TIBERI


Depuis sa création, L’Unione Corsa d’Antibes, comme toute association prospère et impliquée dans la vie locale, a fait souvent l’objet d'exactions et de médisances montrant la bassesse des procédés utilisés par des hommes de peu d'honneur. C’est probablement le "tarif" qu’il fallait payer pour notre association qui a su marquer de son empreinte, par son originalité, le monde associatif corse en région PACA .

Aujourd’hui, il nous paraît important de publier sur notre site, la vérité des faits, et nous assumons donc jusqu’au bout la responsabilité des propos qui vont suivre.

Un peu d'histoire...


Ayant rompu avec les objectifs des amicales corses traditionnelles, l’Unione Corsa demeure enviée, critiquée et observée mais elle ne laisse jamais personne indifférent.

Ses activités ont parfois dépassé le cadre de ses objectifs culturels et sociaux. C'est ainsi que pendant la négociation des accords de Matignon, des représentants de l'association Unione Corsa d’Antibes ont été entendus par la Commission Sénatoriale à Paris. Du jamais vu !

Nous avons défendu la Communauté corse et déposé plainte contre les attaques racistes dont elle a fait l'objet. L'Unione Corsa vient d'ailleurs de saisir le Tribunal de Grasse contre Jean-Pierre Chevènement pour diffamation, ce dernier ayant déclaré que l'Assemblée corse était "aux mains des mafieux"...

Notre action sociale est sans limite. En onze années d’activités, nous avons versé une somme totale de 168.000 euros (soit 1.100.000 francs) à des associations s’occupant d’enfants handicapés de Corse et du Continent. Des cours de langue corse ont lieu à raison de deux fois par semaine ainsi que des cours de chants corses. Notre groupe « I Canti di l’Unione Corsa » se produit dans toute la Région avec succès. Diverses activités, dont des concerts, permettent à l’association de récolter des fonds. Le succès et le secret du dynamisme de « L’Unione Corsa », c’est l'acharnement au travail ! Visitez notre site, vous y verrez ce que vous ne trouverez nulle part ailleurs !

A ceux qui nous envoient des lettres anonymes, nous disons : « Vous pouvez en faire autant, mais mettez-vous au travail. A ce moment là on boxera dans la même catégorie ! ».

L’Unione Corsa » d’Antibes gagne son procès contre Paul Tiberi...


Mercredi 5 septembre 2007, le Tribunal Correctionnel de Grasse a reconnu Paul Tiberi coupable du délit d’escroquerie au préjudice de l’Unione Corsa d’Antibes.

Webmaster du site internet de l’Unione Corsa de 2002 à 2004, Paul Tibéri bénéficiait de la totale confiance du Comité directeur de l'association qui l'avait rapidement nommé Vice-Président à cette même période. En 2004, il remettait une facture falsifiée au Président de l’Unione Corsa et demandait le remboursement de frais pour des travaux informatiques qu’il n’avait pas réalisés et pour du materiel, livré à son domicile, qui devait à l'origine servir à l’association et que l’on ne vit jamais. Les malversations techniques ont été constatées par un informaticien du CNRS de Sophia Antipolis à l’occasion de travaux effectués sur l’ordinateur au siège social de l’Unione Corsa.

Le Comité de Direction de « L’Unione Corsa », avait proposé de « laver ce linge sale en famille » par un remboursement de la somme escroquée. Paul Tiberi refusa catégoriquement.
Dès lors, le Comité Directeur décidait à l'unanimité d'un dépôt de plainte. La chose fût faite le 7 décembre 2004. Paul Tiberi n’était ni chômeur, ni à la rue. Retraité aisé, il ne manquait pas de moyens pour vivre.

Pendant le procès, Paul Tiberi, par la voix de son avocat, l'ancien batonnier, Maître Lacombe, tentait une « sortie honorable » en proposant de rembourser le montant de la somme escroquée. Curieuse stratégie pour un innocent que de souhaiter régler le montant du vol dont on l'accuse! Le Procureur de la République reconnaissait alors Paul Tiberi coupable de tous les faits.

Après délibération, le Tribunal le condamnait à :

  • Rembourser le montant de la somme escroquée à l'Unione Corsa
  • Une amende de 1500 euros à verser au Trésor Public.
  • 1 euro symbolique de dommages et intérêts au bénéfice de l’association pour le préjudice moral causé par ses malversations.
  • 1000 euros à verser à l’Unione Corsa pour frais de justice.
  • Le tribunal a, par ailleurs, refusé la demande de Paul Tiberi qui souhaitait que l’inscription de sa condamnation ne soit pas portée au Casier Judiciaire.

Trahison contre A Consulta Naziunale...


On se demande ce que A Cunsulta Naziunale vient faire dans cette affaire d’escroquerie ?

Lors de l’instruction de cette lamentable histoire, Paul Tiberi avait démissionné des instances de « l’Unione Corsa ». Il avait déclaré à la Police Judiciaire avoir quitté l’association parce que celle-ci s’était politisée en demandant, à la Diaspora, par voix de presse (Corse Matin du 25 Février 2004), en particulier aux membres de A Cunsulta Naziunale, possesseurs de la Carte d’Identité corse, de voter pour la liste Talamoni-Simeoni d’Unione Nazionale lors des élections territoriales corses de 2004.

Souhaitant égarer la justice, Paul Tiberi remettait au Parquet de Grasse un dossier comprenant notamment un article de presse du 25 Février 2004 et des bulletins d’inscription à A Cunsulta Nazionale, volés au siège social de l’Unione Corsa d’Antibes, pour démontrer que l'association corse d'Antibes était bien politisée.

Au Tribunal, il revint à nouveau sur les élections corses, s'imaginant probablement que le Docteur Simeoni et Jean-Guy Talamoni seraient considérés par le Tribunal de Grasse comme de dangereux nationalistes corses et que d’avoir demander à voter pour eux constituait un crime d'une gravité sans précédent !

Paul Tiberi s’était bien gardé de dire au Tribunal, que sa famille et lui-même adhèraient aux thèses de A Cunsulta Naziunale et que tous étaient titulaires de la carte d’identité corse. Il a des convictions indépendantistes, il le disait, comme la plupart de ses amis de l’association Léa Corsa.

Avec un brin d’humour, le Président de l’Unione Corsa, précisait pendant le procès que Paul Tiberi, selon ses propos, avait été membre du Parti Socialiste avant de passer récemment à l’UMP et au Parti Radical Valoisien; que selon les circonstances il se disait informaticien, agent secret, et ayant travaillé dans le pétrole. Notre James Bond 007, se qualifiait aussi d’indépendantiste corse, comme si c’était un métier, et était fier d'exhiber sa nouvelle carte d’identité.

L’ancien Bâtonnier Maître Lacombe informait le Tribunal qu’il était en possession d’extraits d’articles pris sur des forums corses que Monsieur Eugène Ficaja, membre de l'association Lea Corsa, avait remis à Paul Tiberi qui les avait lui-même transmis à l’Officier de Police en présence de Jeannot Magni, Président de l’Unione Corsa, lors de leur confrontation au Commissariat.

Nous touchons au morceau d'anthologie lorsque Maître Lacombe, se croyant aux Assises, gesticulant, son papier à la main, s’adressa au Tribunal, à haute voix : « Monsieur le Président, mon confrère Maître Guy Pacini, qui a pris sa retraite récemment, a été traité d’avocaillon sur les forums corses ! ».
Bien entendu, quelques sourires perlent… Il y a de quoi... Quel rapport avec l’affaire d’escroquerie de Paul Tiberi ?

Maître Pacini, membre fondateur et porte parole de Lea Corsa peut remercier Eugène Ficaja pour sa contribution à la diffusion de sa bonne réputation professionnelle. Manifestement, certains savent maintenant pourquoi ce jeune retraité du Barreau de Grasse était qualifié d’avocaillon sur des forums corses. A l’Unione Corsa, en tout cas, nous l’ignorions jusqu’à ce jour !

Le Tribunal n'eut que faire de ces histoires d'élection et de forum et ne retint, bien évidemment, que les faits d’escroquerie avérés !

Paul Tiberi, l'homme fauché...


Après sa condamnation, Paul Tiberi expliquait au tout Antibes qu’il n’avait pas fait appel parce qu’il était démuni d’argent. Il savait, en fait, fort bien qu'en faisant appel, il risquait une peine plus lourde...

De l’argent Paul Tiberi n’en manque pas : son compte courant personnel est à Monaco à la Compagnie Monégasque de Banque et à la date du 31 Juillet 2003, il était créditeur de 9.497,63 euros (soit 62.300,37 Francs). Ce document, comme les autres mis en ligne, ont été intégrés au dossier de la procédure et remis par notre avocate à l’Unione Corsa après le procès.

En conclusion...


L'Unione Corsa d'Antibes a toujours défendu ses choix et ses intérêts. Elle travaille au bien être des enfants handicapés, à la diffusion de la culture corse comme à la préservation de la dignité de sa communauté. Il n'est pas admissible que son image soit ternie par des jaloux, des envieux, voir des mythomanes ! Il n'est pas admissible que l'on tente de la voler ! Le tribunal a rendu son verdict, nous rendons transparent pour nos adhérents et les personnes qui nous font confiance les tenants et les aboutissants d'une histoire attristante où le mensonge et la délation n'ont heureusement pas berné la justice.
 

bottom

Animé par Joomla!. Designed by: Free Joomla 1.5 Theme, web hosting. Valid XHTML and CSS.